Archives

Publié le 26/04/2017

Les actualités de l’IRNC parues sur le site de l’IRNC d’octobre 2011 à août 2017.

Juillet 2017

Juin 2017


  • Pierre Abélard
    Trombinoscopes "Chercheurs d'humanité"
    Comme tous les diaporamas en ligne sur ce site, les trombinoscopes de "Chercheurs d'humanité" ont  été retravaillés durant ces derniers mois pour une lecture plus agréable, et largement complétés. Les trombinoscopes "Chercheurs de sens," par exemple, présentent des figures de spirituels depuis l'Antiquité  alors qu'ils commençaient jusqu'ici au 17e siècle. Les cinq familles présentées sont les chercheurs et acteurs : 1 - de non-violence, 2 - d'alternatives économiques, 3 - d'alternatives écologiques et d'altercroissance, 4 - de changement sociétal (éducation, art, santé, droits humains, politique, etc.), -5 - de sens.

Mars 2017

  • Interpellation des candidats à l'élection présidentielle 2017 sur le désarmement nucléaire
    L'IRNC est partie prenante de l'action menée à l'occasion des élections présidentielles de 2017 par le MAN et une vingtaine d'associations et mouvements français au sujet du désarmement nucléaire en France et dans le monde.

    Une tribune collective signée par ces associations et par des personnalités (voir la liste des signataires) est destinée aux candidats et aux médias. Depuis le départ, la question de l’arme nucléaire est évincée du débat politique. Cette arme est inefficace pour combattre le terrorisme, le crime international, les paradis fiscaux, la guerre cybernétique, pour prévenir ou faire cesser les conflits ethniques et religieux,(...) Les dangers inhérents à la double prolifération verticale et horizontale et les risques d’accidents ne cessent d’augmenter et menacent l’avenir même de l’humanité.(...) Ces armes doivent être interdites à tous les pays, comme ont été déjà interdites les armes chimiques et biologiques, les mines antipersonnel et les bombes à sous-munitions.

    Les alexandrins "De la bombe atomique" sont une création littéraire militante.

    Concernant ce sujet, ce site met à votre disposition des textes, des vidéos et six diaporamas
  • Colloque La non-violence est-elle efficace ? 
    23 mars 2017 à St Denis

    L'IUT de St Denis, l'IRNC et le MAN organisent le jeudi 23 mars, de 13 h 30 à 17 h 15 à l'IUT de St Denis, 3-7 rue de la Croix Faron à la Plaine-St Denis (93210) un colloque intitulé La non-violence est elle efficace ? Au programme :
    1) La non-violence, de quoi parle-t-on ?
    - Les principes de la non-violence (Jean-Marie Muller, écrivain, fondateur du MAN)
    - Pourquoi la résistance civile est-elle efficace ? (Véronique Dudouet, chercheuse à l'IRNC et à la Fondation Berghof - Berlin)
    - La réhabilitation du conflit (Denys Crolotte, membre du MAN, chargé de prévention de la radicalisation au ministère de la Justice)
    2) Applications de la non-violence
    - La prévention des conflits dans les services publics (Nathalie Lang, IUT de St Denis)
    - Former à la non-violence en milieu violent en Centrafrique (Maria Biedrawa, formatrice à la non-violence au MIR)
    - La régulation non-violente des conflits (Johann Lachèvre, formateur à l'IFMAN)

    Entrée libre, inscription obligatoire : communication.iutsd@univ-paris13.fr
    Voir l'invitation et les instructions d'accès.
    Voir le détail du programme.

Février 2017

  • Les armes nucléaires en question
    À l’occasion de la campagne pour l’élection présidentielle, le Mouvement pour une Alternative Non-violente (MAN), Le Réseau Sortir du Nucléaire, Les Désobéissants, Les Amis de la Terre, l'Association pour la Taxation des Transactions financières et pour l'Action Citoyenne (ATTAC), ANV-Cop21, Abolition des Armes nucléaires-Maison de Vigilance, Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire (ACDN), la Communauté de l’Arche de Lanza del Vasto, la CANVA (Coordination de l'Action Non-Violente de l'Arche), l'Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits (IRNC) et la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté (WILPF-France) lancent une campagne pour remettre au cœur du débat la question du désarmement nucléaire. L'objectif est d'informer le grand public sur cette question, et d'inviter les candidats à se positionner sur le désarmement nucléaire de la France et sur les initiatives internationales visant à interdire les armes nucléaires au niveau mondial. Une petite vidéo amusante et provocante a été réalisée, La Bombe, l'assurance de votre destruction. Elle n'a pour but que d'interpeller les citoyens et de les inviter à se documenter davantage. Nous vous invitons à voir aussi sur notre site les six diaporamas sur ce sujet.
  • Une base de données ANV-IRNC en construction
    Laurianne de Oliveira, étudiante en mastère Politiques publiques (parcours Action humanitaire internationale) à l'université de Paris-Est Créteil, est en stage à l'IRNC du 30 janvier au 30 mai 2017. Elle est chargée, sous l'autorité d'Emeline Boulogne, de remplir - autant que faire se pourra - la base de données commune à la revue Alternatives non-violentes (articles les plus intéressants depuis 1973) et à l'IRNC (textes, vidéos, diaporamas). Bienvenue à elle et bon travail !

Janvier 2017

  • Bonne année 2017 !
    Que l’année 2017 soit la meilleure pour vous, pour vos proches, pour la France qui va voter, pour l’Europe qui se cherche, pour l’humanité et pour la petite planète Terre dont nous devons prendre soin. Face au péril des armes nucléaires, face aux menaces climatiques ou relatives à la biodiversité, face à la misère et à l’explosion des inégalités partout dans le monde, face à la montée des intégrismes et des replis sur soi, une insurrection des consciences et une mobilisation citoyenne sont indispensables. Elles sont menées par des mouvements aussi divers que les AMAP, le mouvement ATD-Quart-Monde, le réseau de mobilisation sur Internet Avaaz, les Faizeux de Bleu-Blanc-Zèbres, l’association de solidarité internationale CCFD-Terre solidaire, le Collectif Roosevelt, le mouvement interconvictionnel Coexister, les Colibris, le Mouvement pour une Alternative Non-violente, le Pacte Civique, Peuples solidaires, les Villes en Transition, le réseau Sortir du nucléaire, etc. Cet engagement militant est complémentaire à recherche d’alternatives (comme celle menée par l’IRNC). Pour l’illustrer cette mobilisation, voici un message projeté sur la tour du palais de Westminster par des militants anglais opposé au Trident, ce missile armé d’ogives nucléaires destinées à la destruction d’agglomérations. « Là où croît le péril croît aussi ce qui sauve » disait Friedrich Hölderlin… « We shall overcome » chantaient avec Joan Baez les militants des droits civiques du temps de Martin Luther King… Voir le diaporama État de la planète et raisons d’espérer.

Décembre 2016

  • 181Laïcité et non-violence. Le numéro 181 de la revue Alternatives non-violentes, associée à l'IRNC, porte sur la laïcité, sujet d'une actualité riche dont le dernier épisode est celui du burkini. Au sommaire, des articles de Paul Paumier, Jean Baubérot, Jean-Marie Muller, Samuel Mayol, Patrick Viveret. Comme l'écrit ce dernier, nous devons avoir une double approche par rapport à la laïcité : "celle de l'ouverture par rapport à son interprétation sectaire; celle de l'exigence par rapport à son interprétation laxiste. La première isole le France et renforce au contraire les fondamentalistes identitaires religieux qui peuvent utiliser ce sectarisme comme argument afin de prôner des approches communautaristes. La seconde offre aux religions un monopole sur les questions spirituelles et les empêche de travailler sur leur part d'ombre. »  La laïcité constitue au fond une opportunité pour approfondir la démocratie et pour permettre une interpellation éthique et spirituelle des religions et des grands faits religieux.

Novembre 2016

  • HS 1 Non-violence et changement sociétal en Corse. La revue Alternatives non-violentes publie un numéro spécial sur la Corse. On y voit des femmes et des hommes qui ont choisi la lucidité et le courage pour construire une Corse entreprenante et démocratique : culture et élevage biologiques, tris des déchets, isolation des bâtiments, sauvetage d’une châtaigneraie, lutte contre les panneaux publicitaires illégaux, sensibilisation à la résolution non-violente des conflits dans les écoles, tiers-médiateurs Paceri dans les villages, etc. On y lit surtout les interviews de Jean-François Bernardini, leader du groupe I Muvrini et président de l’AFC Umani, de François Alfonsi, élu écologiste, et d’Edmond Siméoni, cofondateur de l’Action Régionaliste Corse converti à l’action non-violente. « J’ai quelque sentiment qu’un jour cette petite île étonnera l’Europe » écrivait Jean-Jacques Rousseau, évoquant en 1762 les réalisations du grand Pasquale de Paoli, homme des Lumières. Ce beau dossier lui donne raison.

Octobre 2016

  • Un nouveau livre de Manuel Cervera-Marzal, chercheur de l'IRNC. En avril 2015, Edgar Morin annonçait publiquement détenir l’une des chaises de l’agence HSBC de Bayonne, participant à la dénonciation de l’évasion fiscale pratiquée par cette banque. Le philosophe se comportait-il alors comme un citoyen courageux ou comme un fauteur de troubles ? Avec les armes de la philosophie et des sciences politiques, Manuel Cervera-Marzal creuse cette question, poursuivant ainsi sa réflexion sur la désobéissance civile, entendue au sens large comme « une action politique extralégale et non-violente ».
    Lire la suite…
  • Jean-Marie Muller : Anniversaire... Il y a 50 ans, le 10 octobre 1966, Jean-Marie Muller donnait sa toute première conférence publique à Orléans sur le thème « La violence et l’évangile » dans le cadre d’une rencontre oecuménique à laquelle participaient notamment l’évêque d’Orléans Guy Riobé et le pasteur Miroglio, responsable de l’Eglise réformée d’Orléans.  50 ans plus tard, notre ami Alain Refalo décrit, dans un texte de 15 pages illustré de photos, l'itinéraire du philosophe, de l'écrivain, du chercheur, et du militant de la non-violence. Alain Refalo : Jean-Marie Muller, 50 ans d'engagements au service de la non-violence
  • La non-violence contre la dictature et les coups d'Etat
    Savez-vous que l'obstruction non-violente de la population contre les troupes soviétiques à Vilnius à l'appel du chef du gouvernement Vitautas Landsbergis en janvier 1991 a permis la libération de la Lituanie du joug soviétique ? Que l'obstruction non-violente de la population de Leningrad devant les chars de l'Armée Rouge à l'appel du maire Anatoly Sobchak en août 1991 a permis de faire échec au coup d'Etat ourdi par de l'aile dure du Parti Communiste de l'Union Soviétique en août 1991 ? Le récit de ces évènements figure dans la mise à jour de nos diaporamas sur la défense civile non-violente
    La lutte non-violente contre le communisme en Europe de l'Est
    Résistance civile contre les coups d'État

Septembre 2016

  • 180L'action non-violente dans les luttes actuelles
    Dans les luttes actuelles, notamment au sujet des zones à défendre, le débat est parfois vif entre les partisans d'une stratégie non-violente et les militants qui intègrent la violence dans leur panoplie d'action. La voie de la non-violence reste méconnue et demeure parfois associée à un manque de radicalité. Le dernier dossier de la revue Alternatives non-violentes, partenaire de l'IRNC, montre que l'action non-violente est une véritable stratégie, pensée et construite, qui permet d'impulser une mobilisation de masse. Le dossier montre à l'évidence qu'une action violente, aussi minime soit-elle, décrédibilise l'action non-violente à laquelle elle est associée et lui nuit gravement. Jeter des cailloux aux forces de l'ordre, cela est contre-productif, car cela attire l'attention du grand public sur les casseurs, les cailloux et les blessés, et non sur l'injustice combattue, à Notre-Dame des Landes comme en Palestine...
  • Une vidéo sur l'intervention civile de paix
    L'intervention civile de paix (ICP) est méconnue voire inconnue en France. Et pour cause l'expertise de l'Etat français se situe plutôt sur l'intervention militaire et l'armement, et dans une moindre mesure sur l'intervention humanitaire, déléguée aux ONG comme Médecins sans Frontières par exemple. Dans la vidéo ci-dessous, Cécile Dubernet, enseignante et chercheuse à l'Institut Catholique de Paris, nous présente l'ICP, intervention non-violente dans des conflits régionaux. Elle la compare, en termes d'efficacité, d'efficience (efficacité/coûts) et de pérennité, à l’intervention militaire. Une vidéo d'Isabelle Leparcq.
    https://www.youtube.com/watch?v=Kn_1wlKybV0&feature=em-share_video_user

Juin 2016

  • 179Le numéro de juin de la revue trimestrielle Alternatives non-violentes, associée à l'IRNC, est intitulé : « Le pouvoir économique du boycott : l'exemple d'Israël-Palestine ».  Le boycott est le refus par un consommateur d'acheter un produit ou un service pour ne pas cautionner son origine, les conditions de la fabrication, ou sa dangerosité. C'est un moyen de pression économique qui vise à changer une situation considérée comme injuste ou illégitime.  Le boycott a marqué de grandes luttes pour les droits humains : boycott des tissus anglais par les indépendantistes indiens conduits par Gandhi, des bus de Montgomery par le mouvement des droits civiques conduit par Martin-Luther King, des raisins californiens par les Chicanos  conduits par Cesar Chavez, des oranges Outspan contre l'apartheid en Afrique du Sud, etc. Les mouvements palestiniens, par la campagne Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS) lancée en 2005, dénoncent l'occupation et l'exploitation de la Palestine par les colons israéliens, illégale au regard du droit international. En France, des textes internes au ministère de la Justice considèrent qu'un appel de ce type constitue une infraction, alors que l'Union Européenne demande l'indication de la provenance sur les produits des territoires occupés par Israël.

Avril 2016

  • 178Le numéro de mars de la revue Alternatives non-violentes, partenaire de l’IRNC, est intitulé « Changeons les paroles de La Marseillaise ». Lors des manifestations qui ont jalonné l’année 2015, les symboles de la République française ont été exhibés : le drapeau tricolore, la devise « Liberté, égalité, fraternité », La Marseillaise.  Le président François Hollande vient de déclarer « 2016, année de La Marseillaise ». Oui, mais… des voix s’élèvent. Que faire quand l’hymne national est en dissonance avec les valeurs affirmées par la Constitution ? Est-il possible de construire une nation apaisée sur un chant de guerre ? Des arguments et des tentatives pour changer les paroles de La Marseillaise, il y en a eu. Sans succès… Ce dossier s’intéresse aux débats et enjeux liés à la réécriture des paroles de cet hymne guerrier. Il ouvre des pistes pour y parvenir, pour cheminer collectivement vers une culture de paix.

Janvier 2016

  • Un jour pour la non-violence : Le N-V Day 2016
    Quoi ? 8 heures de courtes interventions avec débats et ateliers ludiques.
    Où et quand ? Le samedi 14 mai 2016 dans le cœur de Paris : Grande salle et stands extérieurs. (Salle jean Dame et trottoirs de la rue Bellan (Paris 2e).
    Avec qui ? Non Violence XXI (fundraiser principal).
    Les organisateurs initiaux : le MAN (Mouvement pour une Alternative Non-violente), AFC UMANI.
    Les partenaires organisateurs : Les Désobéissants, Génération Médiateurs, Médiation Nomades, Alternatives Non-Violentes, Alternatiba, Non-Violence Actualité, Coordination pour l'éducation à la non-violence et à la paix, S!lence, ANVCOP21, IFMAN, Bleu Blanc Zèbre, IRNC
    Libre : Entrée gratuite pour que tous puissent participer, mais participations au financement libre.
    Et maintenant, on fait quoi ?Tous les publics qui viendront en ressortiront avec des idées nouvelles pour comprendre et agir dans leur vie et dans leur ville. Le N-V Day 2016, plus encore que celui de 2013, s’adresse aux jeunes et aux citoyens qui se posent des questions, parfois déjà impliqués dans une action citoyenne : ils ont souvent entendu parler de non-violence, mais la connaissent encore mal et veulent la découvrir.
    Le programme : La journée alternera les évènements dans la grande salle et ceux sur le parvis, devant la salle. La grande salle accueillera tout au long de la journée des interventions de chercheurs sur la non violence, d’artistes, de témoins, de façon individuelle et/ou organisées en débat.
  • Le forum d'été du MAN
    à Lyon du 10 au 14 juillet 2016

    Le forum d'été du MAN est un temps convivial de rencontre entre membres des différents groupes et des sympathisants qui souhaitent mieux connaître la non-violence et le mouvement. Il est cette année organisé par le MAN Lyon. Il aura lieu du dimanche 10 juillet 2016 à 17 h au jeudi 14 juillet au soir, au Centre Valpré à Ecully, près de Lyon. Le thème proposé est la peur, les informations anxiogènes qui paralysent.
    Le fond de l'air effraie, chouette la non-violence !
    Impuissants face au monde qui évolue... on en parle, on agit.
    Un programme précis est en cours de construction, l’information sera diffusée largement. Retenez ces dates dans l’organisation de votre été.

 

Décembre 2015

  • ANV 177 Le numéro 177 de la revue Alternatives non-violentes (4e trimestre 2015), partenaire de l'IRNC, vient de paraître.
    Le titre en est "La France doit-elle renoncer à l'arme nucléaire ? " Les résultats de la dernière réunion d'examen du traité de non-prolifération (TNP), bien que prévisibles, sont consternants : le désarmement des pays dotés n'est pas à l'ordre du jour. Seule une implication massive de la société civile permettra l'abolition de l'arme nucléaire. Mais par où commencer ? Patrice Bouveret évoque le poids de la France dans les négociations avec les autres puissances nucléaires. Bernard Quelquejeu pourfend les idées reçues et présente l'impératif moral de présenter un désarmement unilatéral, car le désarmement multilatéral est impossible, et "il est immoral de recommander l'impraticable". Jean-Marie Muller dénonce la stratégie nucléaire française, "faute éthique, erreur politique, illusion stratégique et gaspillage économique" et affirme que, face à la foi nucléaire, il nous faut oser l'apostasie, c'est à dire le renoncement à un dogme ou à une religion. Marc Morgan présente la campagne pour un désarmement nucléaire menée en Grande-Bretagne. D'autres articles fort intéressants sont à lire dans les rubrique Actuel et Culture.
  • Bernard Quelquejeu : La rencontre des convictions, la confrontation interconvictionnelle (article de Wikipedia)
  • Lors de la session "Quelle non-violence aujourd'hui ?" organisée les 21 et 22 novembre 2015 à l'Arche de St Antoine l'Abbaye (Isère), Véronique Dudouet, chercheuse à la Fondation Berghof (Berlin) et à l'IRNC, est intervenue sur le thème "Analyse  comparée des méthodes de résistance armée et non-violente".
    Elle a fait état de l'étude réalisée par deux chercheurs américains sur 323 conflits majeurs violents et non-violents entre 1900 et 2006, et elle a présenté des trajectoires de démilitarisation en Afrique du Sud, au Mexique, au Népal, en Colombie, en Egypte, et en Papouasie occidentale, au Sahara occidental, en Palestine.
    Le diaporama présenté à cette occasion est consultable ici.
  • Rapport de Master 2 sur le thème Evaluer une intervention civile de paix
    Robert Packer, étudiant en Master 2 Droits de l’homme-Droit public à l’Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense, a rédigé dans le cadre d’un stage à l’IRNC son rapport sur le thème Évaluer une intervention civile de paix ? La systématisation d’une méthodologie de monitoring et d’évaluation.
    Après avoir résumé le contexte complexe dans lequel s'inscrit une intervention civile de paix, le rapport revient sur l'évolution constatée des méthodologies d'évaluation dans les domaines de la résolution de conflits et du développement. Les institutions évaluatrices affirmant notamment le lien entre les questions de conflits, de paix et de développement, il est devenu nécessaire de les aborder conjointement pour en dégager une analyse qualitative.
    Lire la suite…

Novembre 2015

Septembre 2015

  • ANV 176 Le dernier numéro de la revue Alternatives non-violentes comprend un important dossier sur le terrorisme. Suite aux attentats contre Charlie Hebdo et aux autres attentats au Danemark, en Tunisie, en Turquie, une question émerge : Que peut la non-violence face au terrorisme ? Il est impossible de vaincre le terrorisme par la guerre, les interventions militaires sont inefficaces face aux actes terroristes. Oui, mais que faire ? Affaiblir le terrorisme à la racine, lutter contre les injustices et les oppressions, renforcer les résistances civiles, désembrigader les jeunes candidats au Djihad, répondre à la terreur par plus de démocratie et d’éducation.

Juillet 2015

  • Colloque à l'IUT de Saint Denis : "Changeons d'époque : la force non-violente" Le 11 juin s'est déroulé à l'IUT de Saint-Denis le colloque "Changeons d'époque : la force non-violente". Cet évènement, coorganisé par l'AFC, l'IRNC, le MAN et l’IUT, a été un grand succès avec près de 150 personnes présentes. Cinq intervenants de grande qualité ont pris la parole et échangé avec la salle au cours de la journée : Elisabeth Maheu-Vaillant : "Pour qu'adviennent des citoyens responsables : autorité bienveillante et sanction éducative", Charles Rojzman : "Sortir de la violence par le conflit : la thérapie sociale", Yazid Kherfi : "Comment éviter l'exclusion et la violence dans les banlieues ?", Jean-Marie Muller : "Regard non-violent sur les évènements de janvier 2015" et Patrick Viveret : "Réhabiliter les conflits et en faire une occasion de progrès".
    Lire le compte-rendu de ce colloque

Juin 2015

  • ANV 175Le numéro de juin 2015 de la revue Alternatives non-violentes est consacré aux jeux vidéo. Pourquoi cette idée persistante que le jeu vidéo est violent et dangereux ? La violence dans les jeux vidéo brutalise-t-elle les joueurs ?  Les jeux vidéo sont-ils un danger pour la société ? Quelle alternative aux jeux vidéo violents ? Introduire des jeux non-violents tout en gardant le plaisir de jouer n’est pas simple, et pourtant la non-violence a tout intérêt à investir ce secteur, comme le montre le jeu de résistance civile People Power.

Avril 2015

  • Changeons d’époque : la force non-violente, colloque à l'IUT de St Denis
  • Dans le cadre de sa politique de soutien aux recherches menées par des étudiants en master et en doctorat, l’IRNC finance en 2015 trois stages étudiants, sous la direction scientifique de Cécile Dubernet, membre de l’IRNC, enseignante en géopolitique et spécialiste de l’intervention civile de paix à l’Institut Catholique de Paris. Angèle-Poumbia Gligi, étudiante à l’Institut Catholique de Paris : stage du 1er mars au 31 juillet. Conception et test d’une méthode d’évaluation d’une mission d’intervention civile de paix menée par l’association Génération non-violente au Sénégal : revue de littérature sur les modèles et approches utilisés, étude d’impact des programmes d’éducation à la résolution non-violente de conflits. Robert Packer, étudiant à l’Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense : stage du 16 avril au 11 septembre. Analyse de l'impact de l'intervention civile de paix. Stage effectué en coopération avec Nonviolent Peaceforce (Bruxelles). Koly Fall, étudiant à l’Université  Assane Seck de Ziguinchor (Sénégal) : stage du 1er mai au 31 juillet. Étude d’impact de l’action de Génération Non-Violente en Casamance, et proposition de perspective.

Mars 2015

  • ANV 174Le n° 174 de la revue Alternatives non-violentes vient de paraître. Le dossier traité est celui de la grève de la faim. "Cette forme de lutte mobilise l'opinion publique et contraint les décideurs à accepter de venir à la table des négociations, écrit Paola Caillat. Cependant, il ne suffit pas d'arrêter de se nourrir pour atteindre un objectif ou pour gagner un combat. L'action non-violente s'organise, elle est exigeante. La planification globale et la médiatisation sont autant d'éléments indispensables à la réussite. Ce sont des interpellations de militants ou des questions de citoyens étonnés qui nous ont incités à proposer ce dossier : besoin de clarification, d'information sur la logique et les techniques de ces modes d'action. Les éléments théoriques et pratiques de ce dossier en font une sorte de guide... en toute humilité vis-à-vis des personnes qui pourraient nous apprendre beaucoup de leur expérience personnelle d'une grève de la faim ou d'un jeûne."

Février 2015

  • Un remarquable mouvement de désobéissance civile pour une vraie démocratie dans la région de Kong Kong, appelé "Occupy Central' ou "Révolution des parapluies", est mené depuis janvier 2013. Malgré la dispersion en décembre 2014 des foyers d'occupation de divers quartiers de la ville de Hong-Kong, la résistance continue sous d'autres formes. Cette résistance est présentée dans le diaporama 3.2. Résistance civile contre les dictatures
  • L'actualité n'étant pas toujours très drôle, on résiste pas à l'envie de vous partager cet échange survenu lors de la dernière réunion du comité de rédaction de la revue Alternatives non-violentes, associée à l'IRNC. Nous parlions d'un prochain numéro de la revue qui traitera le thème du désarmement nucléaire et de l'échec des conférences du TNP, Traité de non-prolifération.
    François Vaillant : — "Ma boulangère n'a jamais entendu parler du TNP !"
    François Marchand : — "Change de boulangère !"

Janvier 2015

  • La mobilisation pour Charlie Hebdo et contre le terrorisme est un exemple remarquable et historique de résistance civile. Cet exemple, avec texte et photos, figure sur notre site dans le diaporama n° 4-3 de la série "Vers une défense civile non-violente", Résistance civile contre le terrorisme. Par ailleurs, le précédent diaporama n° 4 a été scindé en plusieurs autres. Dans le diaporama 4-1 Résistance civile contre les dictatures ont été ajoutées la résistance civile au Portugal en 1974 et la résistance en Tunisie en 2010-2011. Dans le diaporama 4-2 Résistance civile contre les coups d'Etat figurent aussi désormais la résistance civile au putsch des généraux à Alger en 1961 et la résistance au coup d'Etat des militaires en Espagne en 1981.
  • Demain sera ce que nous en ferons. Bonne année 2015 !
    « L’optimiste est un imbécile heureux. Le pessimiste, un imbécile malheureux ! » disait Bernanos. Autant donc être optimiste, mais à condition d’observer les signes de temps et surtout d’agir efficacement pour changer le monde.
    Edgar Morin donne des exemples de l’irruption de l’improbable : victoire de la petite démocratie athénienne sur le grand empire perse ; victoire des Chrétiens sur l’empire romain (fausse victoire, car elle a perverti le christianisme qui est devenu l’allié du pouvoir politique…) ; victoire des philosophes des Lumières sur le système monarchique ; victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie, improbable jusqu’en décembre 1941.
    Le dernier siècle, celui des deux Guerres mondiales et des grands génocides (Arméniens, Shoah, Rwanda), du colonialisme et des guerres des décolonisation, nous donne aussi quelques raisons d’espérer : effondrement des dictatures (Amérique latine, Philippines, URSS, Europe de l’Est), de l’apartheid en Afrique du Sud, de régimes corrompus (Tunisie) ; construction d’une société politique à l’échelle mondiale (ONU, Europe, conférence de Rio, Kyoto, etc.) ; élection de Vaclav Havel, de Nelson Mandela, de Barak Obama.
    Lire la suite…
  • ANV 173Abonnez-vous à ANV !
    Le dernier numéro de la revue trimestrielle Alternatives non-violentes est consacré au rapport de forces. « Agir pour la justice, c’est rechercher un équilibre des forces en présence, c’est établir un nouveau rapport de forces pour faire évoluer les lois et parfois les faire appliquer. L’action non-violente vise cet équilibre, seul garant de justice et de paix » écrit Paola Caillat dans l’édito.
    Pour vous abonner ou commander un numéro,  www.alternatives-non-violentes.org

Décembre 2014

  • Une chercheuse anglophone maîtrisant très bien le français va traduire 23 diaporamas de ce site en anglais : Introduction à la non-violence (9 diaporamas), les moyens et les étapes d'une campagne d'action non-violente (1 diaporama), défense civile non-violente (6 diaporamas), trombinoscope des chercheurs et acteurs de la non-violence et de la résolution non-violente des conflits (7 diaporamas).
    Ils seront en ligne vers le 15 mars 2015.
    Happy new year ! See you soon !

Novembre 2014

Octobre 2014

Septembre 2014

  • Le numéro 172 de la revue Alternatives non-violentes, associée à l'IRNC, s'intitule : "Pratiquer la non-violence en politique ?". Il donne la parole à des élus ou des personnes qui défendent les valeurs démocratiques et tentent d'avoir une pratique politique en cohérence avec leur éthique. Il apporte notamment un éclairage sur les codes implicites du milieu politique, les stratégies à l'oeuvre pour gagner et garder le pouvoir, et les contraintes auxquelles sont confrontés les élus.

Juin 2014

  • Un nouveau diaporama est en ligne sur le thème de la gestion des conflits interpersonnels.
    Vous y trouverez notre "recette de fruits conflits" !
  • Le numéro 171 de la revue Alternatives non-violentes, associée à l'IRNC, s'intitule : "Quand les paysans résistent". Ce dossier centré sur l'agriculture et notamment sur les pratiques alternatives à l'agro-business amène à questionner les enjeux liés à la terre, aux conditions d'exploitation, de distribution et de consommation dans nos sociétés contemporaines.

Mai 2014

À peine passé son 40e anniversaire (1973-2013), la revue trimestrielle Alternatives non-violentes (ANV) s’offre une bonne cure de jouvence. La nouvelle formule initiée avec le numéro 170 est plus légère (36 pages), moins chère (27 € par an), les articles sont plus courts, la maquette est renouvelée, la couverture est en couleurs. Le dossier thématique central est plus léger : dans ce numéro 170 est abordé le thème de la marchandisation sexuelle des corps : prostitution, pornographie, hypersexualisation des petites filles.

Le comité d’orientation de la revue se renouvelle. Paola Caillat succède à François Vaillant au poste de rédactrice en chef. Jean-Luc Théron, technicien  et graphiste du site Internet de l’IRNC, assure désormais la mise en page d’ANV et va renouveler le site d’ANV. Les articles les plus intéressants de la revue depuis 1973 seront bientôt en ligne sur ce site auquel sera associé l’IRNC.

La revue, depuis longtemps associée à l’IRNC, devient également associée au Mouvement pour une Alternative Non-violente (MAN).

Avril 2014

1) Pour faire connaître leur existence, leurs analyses et leurs projets aux autorités publiques françaises, des représentant-e-s du Mouvement pour une Alternative Non-violente (MAN), du Comité français de l’Intervention Civile de Paix (Comité ICP), du fonds associatif Non-violence XXI, de l’Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits (IRNC) et de Peace Brigades International (PBI) ont rencontré au cours des derniers mois :

  • Gérard Longuet, ancien ministre de la Défense, Sénateur UMP de la Meuse,
  • au Ministère de la Défense, Délégation aux Affaires Stratégiques (DAS) : deux représentants de la Sous-direction  "Politique et Prospective de Défense",
  • au Ministère des Affaires étrangères et européennes, Direction Générale de la Mondialisation (DGM) : deux représentants de la Mission des relations avec la société civile et une représentante de la Sous-direction de la gouvernance démocratique.

Un document de synthèse (avec images) intitulé Non-violence, sécurité et paix, relatif à la défense civile non-violente et à l’intervention civile de paix, a été rédigé à cette occasion et remis à nos interlocuteurs.

 

2) En cette année 2014 où nous célébrons le centième anniversaire du début de la première Guerre Mondiale, l’actualité est riche en reportages, articles, courriers des lecteurs dans les journaux, films.

Citons notamment le film Apocalypse réalisé par Isabelle Clarke et l’historien Daniel Costelle : 5 épisodes de 52 minutes diffusés sur France Télévision, un épisode par année de conflit.

L’IRNC participe à cet hommage aux victimes de cette boucherie en publiant deux textes :

Février 2014

« Le sort du pays ne dépend pas de la manière dont vous votez aux élections - le pire des hommes est aussi fort que le meilleur à ce jeu-là -, il ne dépend pas du bulletin que vous déposez dans l’urne, mais de l’homme que vous êtes dès l’instant où vous sortez de chez vous le matin. » Henry David Thoreau

« Révolutionnaires de tous les pays ! Qui lave vos chaussettes ? »

Voici quelques-unes des citations qui concluent le nouveau diaporama en ligne sur ce site :

Transformation personnelle et changement sociétal

Ce diaporama est le 60e de la série de diaporamas de vulgarisation sur la non-violence, la résolution non-violente des conflits et le changement sociétal destinés à ouvrir la tête et toucher le cœur de nos visiteurs. Vos réactions seront les bienvenues…

Janvier 2014 

Émeline Boulogne a effectué à l’IRNC un stage étudiant de juillet à décembre 2013 dans le cadre de son Master 2 « Action humanitaire internationale et ONG » à la Faculté « Administration et échanges internationaux » de l’Université de Paris 12 Val de Marne. 

Son Rapport de recherche sur l’évaluation des missions d’Intervention Civile de Paix (ICP) est en ligne sur ce site. Le but était de réfléchir à la méthode qui mettrait le plus en exergue la finalité et l'impact d'une mission d'ICP, à savoir la reconstruction des liens sociaux et de l'État de droit dans un pays en proie à un ou des conflit(s) violent(s).

Les quatre méthodes présentées dans ce rapport sont :

  1. le Compas Qualité, méthode d'évaluation créée par le groupe Urgence Réhabilitation et Développement (URD) pour les projets humanitaires ;
  2. le Guide sur l’évaluation des activités de prévention des conflits et de construction de la paix, mis au point par l'OCDE ;
  3. le Pilot guide réalisé par l’ALNAP (Active Learning Network for Accountability and Performance in humanitarian action);
  4. le Guide InterAction, présentation générale de l'évaluation d'impact.

Elles présentent des points communs, et  s'accordent notamment sur l'importance donnée à la planification de l'évaluation : Pour qui est-elle faite ? À quel moment ? Dans quel but ? Il apparaît qu'aucune de ces méthodes, prise seule, ne répond pleinement aux contraintes de l'évaluation d'une mission d'ICP. En conclusion, élaborer une méthode d'évaluation adaptée des modes d'intervention civile de paix revient à composer un modèle hybride et original.

Décembre 2013 

Le "Prix international pour la promotion des valeurs gandhiennes en dehors de l’Inde", attribué chaque année par la Fondation Jamnalal Bajaj, a été remis en 2013 à Jean-Marie Muller par le Président de la République Indienne, Shri Pranab Mukhergee, au cours d’une cérémonie qui a eu lieu à Bombay le 15 novembre 2013.

Jean-Marie Muller, né en 1939, membre fondateur du Mouvement pour une Alternative Non-Violente (MAN), est directeur des études à l’IRNC depuis la création de notre association en 1984.

Le dossier de candidature a été préparé par des amis de Jean-Marie Muller sur une idée initiale de Louis Campana, fondateur de l’association Gandhi International et lui-même lauréat de ce prix en 2008.

Le profil du lauréat dans la brochure éditée par la Fondation Jamnalal Bajaj  et destinée aux journalistes se termine ainsi : « Deux actions conduites par Jean-Marie Muller et le MAN posent des questions qui ont actuellement un intérêt majeur pour le monde :

  • Le désarmement nucléaire et, plus particulièrement, une campagne pour le désarmement nucléaire unilatéral de la France ;
  • La lutte pour la paix et la justice au Moyen-Orient et plus particulièrement en Palestine. »

Jean-Marie Muller, dans le texte ci-après, écrit qui était Jamnalal Bajaj, raconte son voyage en Inde et la remise du prix, et remercie tous celles et ceux qui lui ont exprimé leur joie de le voir ainsi honoré.

Novembre 2013

Émeline Boulogne, étudiante stagiaire à l’IRNC, a réalisé 3 diaporamas sur l’intervention civile de paix que nous souhaitions faire figurer sur ce site depuis longtemps :

Par ailleurs, nous présentons trois trombinoscopes spécifiques sur deux sujets qui nous tiennent particulièrement à cœur :

Nous avons aussi le projet de restructurer prochainement ce site Internet pour vous permettre de visualiser plus facilement les divers thèmes abordés dans l’ensemble des textes et diaporamas qui sont à votre disposition.

Septembre 2013

Émeline Boulogne, étudiante actuellement en stage à l’IRNC, a réalisé trois diaporamas de vulgarisation sur le thème "La désobéissance civile au service du droit" :

Elle poursuit son stage par un travail sur l’intervention civile de paix, en lien avec Cécile Dubernet, enseignante spécialiste de ce sujet à l’Institut Catholique de Paris.

Juin 2013

1) Pierre Larrouturou et quelques autres personnes réunies par le Collectif Roosevelt 2012 vont jeûner durant 3 jours devant l’Assemblée nationale, avant la Conférence sociale des 20 et 21 juin 2013 et avant la prochaine réunion du Conseil Européen. Ils veulent interpeller les députés, le gouvernement et l'opinion sur l’extrême gravité de la crise économique, sociale, politique et écologique, et sur les conséquences catastrophiques d'un effondrement possible.

Etienne Godinot a décidé de se joindre à ce jeûne en tant que militant du Mouvement pour une Alternative Non-violente (MAN). Pour expliquer sa participation et sa position sur divers sujets de société, il fait référence à deux colloques (Bhopal en 2010 et St Antoine-l’Abbaye en 2011) et à des diaporamas (altercroissance, orientations nécessaires en Occident selon les intuitions de Gandhi) présentés sur le site de l’IRNC.

Étienne Godinot : Pourquoi j’ai décidé de participer au jeûne d’interpellation devant l’Assemblée Nationale du 17 au 20 juin 2013.

2) Bienvenue à Émeline Boulogne, étudiante en mastère 2 d'Action Humanitaire et Gouvernance d'ONG à l'UPEC de Créteil, en stage à l’IRNC de juin à décembre 2013. Son stage consistera à réaliser des diaporamas de vulgarisation sur la désobéissance civile et sur l’intervention civile de paix, et d’autres tâches encore à préciser, dont l’aide pour l’officialisation du Comité ICP.

Son premier travail est en ligne : un diaporama sur les penseurs de la désobéissance civile.

Avril 2013

Les trombinoscopes figurant sur le site de l’IRNC ont été abondamment complétés durant ces dernières semaines. Ils sont désormais groupés sous une rubrique commune « Chercheurs d’humanité ». Ils présentent à ce jour 612 figures au total (plus de 700 au 30 mai 2013), dont : chercheurs et acteurs de non-violence, d’alternatives économiques, d’alternatives écologiques, de changement sociétal, de sens. Ils ont pour objectif

  • d’ouvrir la tête (connaissance, invitation à en savoir plus en consultant Wikipédia, des sites Internet, des livres, etc.)
  • et de toucher le cœur (interpellation, incitation à s’engager soi-même, etc.).

Bien sûr, le chantier reste ouvert. N’hésitez pas à nous adresser vos réactions et vos suggestions de personnes à y faire figurer, sur irnc@irnc.org

Janvier 2013

Nous vous invitons à consulter, à notre rubrique Diaporamas, le trombinoscope de la non-violence. Il est, à notre connaissance, le premier du genre dans l'histoire de la non-violence.

L'objectif de ces diapositives est de présenter la non-violence à travers des personnes, et donc des visages, d'où le titre de "trombinoscope". Ces personnes de tous les pays et de toutes les époques sont parfois très connues, parfois méconnues, parfois presque inconnues. A défaut de visage, notamment pour les personnages de l'antiquité ou de l'inconnu de la place Tian'anmen, on trouvera des photos, images ou œuvres artistiques qui s'efforcent de représenter la personne, son contexte ou son message.

On verra donc des visages d'hommes et de femmes, et le visage dit beaucoup sur une personne. Les regards ici présentés montrent beaucoup de détermination et de bonté, beaucoup d'équilibre et d'humanité.

Au-delà des visages, ce trombinoscope indique les racines de l'idée de non-violence, son parcours à travers les siècles, son actualité. Il montre la diversité des couleurs de peau, des cultures, nationalités, des itinéraires personnels et professionnels des personnes qui ont consacré tout ou partie de leur vie au combat non-violent, ou qui ont fait avancer la réflexion ou la connaissance sur les conflits humains. Dans bien des cas, ces femmes et ces hommes ont payé de leur personne pour combattre l'oppression, la tyrannie ou le fanatisme, faire avancer la cause de la justice, de la liberté et de la dignité. Très souvent ils ont été incompris, souvent tournés en dérision, parfois calomniés, pour beaucoup condamnés, assassinés ou torturés.

Parmi les personnages présentés, bien sûr, tous ne font pas explicitement référence à la non-violence, puisque le mot n'existe que depuis le 20ème siècle. Certains sont cités parce que, sur un point précis, ils ont fait avancer la réflexion philosophique ou la connaissance sur les mécanismes de la violence et de la non-violence.

Au dessous de la biographie du personnage se trouve généralement une citation, un passage d'un livre, des phrases tirées d'une interview, caractéristiques de sa pensée ou de sa personnalité. Les références des citations n'ont délibérément pas été indiquées, pour ne pas alourdir trop les diapositives.

5 familles de chercheurs d'humanité sont présentées dans les diaporamas. Les chercheurs et acteurs de non-violence représentent une famille au milieu des 4 autres : chercheurs d'alternatives économiques, d'alternatives écologiques, de changement sociétal, de sens. Un répertoire alphabétique permet de chercher chaque personne dans une des familles, à partir de son année de naissance indiquée sur la liste.

Nous sommes encore dans la préhistoire de l'humanité, et la non-violence reste à inventer. Chacun de nous, sans forcément devoir prendre place dans la galerie des portraits, est invité à contribuer, pour sa part, à l'humanisation du monde. Bonne année 2013 !

Décembre 2012

Deux nouveaux diaporamas de vulgarisation sur la non-violence sont en ligne dans notre rubrique « Diaporamas » :

  • Pardon et réconciliation
  • Moyens et étapes d'une campagne d'action non-violente.

Défenseurs de droits de l'homme en Palestine ou ailleurs, écologistes,  partisans de l'altercroissance, salariés et élus de la région de Florange-Gandrange, défenseurs des agriculteurs et de la biodiversité à Notre-Dame des Landes, c'est pour vous !

Juillet 2012

Le 2 octobre 2012, une marche non-violente de 100 000 exclus (petits paysans, paysans sans terre, Intouchables, populations tribales, femmes) partira de Gwalior vers Delhi (350 km). Elle sera organisée par le mouvement indien Ekta Parishad. Les marcheurs demanderont simplement le droit de pouvoir cultiver une parcelle de terre ou de ne pas être expulsés de leur forêt ou de leur milieu de vie en raison de projets très contestables (miniers, touristiques, de monoculture d'exportation à base de produits chimiques ou d'agrocarburants).

Cette marche est une opportunité historique de mettre en lumière les questions fondamentales actuelles : partage des richesses, accès aux ressources naturelles, souveraineté alimentaire, dettes des pays pauvres, place des plus démunis dans nos sociétés, rôle des femmes, mais aussi démocratie participative, responsabilités des sociétés multinationales et du système financier international, choix d'un modèle de développement durable et équitable pour tous.

Les citoyens et les organisations de la société civile sont invités à soutenir cette marche et à revendiquer auprès des instances internationales  (ONU, FAO, OMC, Union européenne, etc.), le droit d'accès des populations locales aux ressources naturelles (terre, eau, semences, forêts, minerais), ce qui implique le respect des législations existantes et leur renforcement par des mécanismes de régulation et de contrôle. Pareillement, en droit international, le droit à la souveraineté alimentaire doit être reconnu comme supérieur aux droits du commerce et  de l'investissement.

Des actions non-violentes simultanées et concertées seront organisées sur plusieurs continents (marches, repas solidaires, manifestations, etc.) en lien avec la marche indienne pour la justice, particulièrement entre le 2 octobre (journée internationale de la non-violence) et le 17 octobre (journée internationale de lutte contre la misère).

Pour en savoir davantage sur ce qui se passera dans votre pays ou votre région, consultez les sites d'Ekta Parishad ou de Gandhi International, regardez les diaporamas à ce sujet sur le site de l'IRNC, consultez  ce document qui expose les actions et indique les contacts.

Janvier 2012

L'IRNC est un institut de recherche, mais de recherche militante, orientée vers le changement sociétal.

C'est pourquoi nous nous pouvons que nous associer pleinement à la campagne lancée par nos amis du Mouvement pour une Alternative Non-violente (MAN) en vue du désarmement nucléaire de la France, un désarmement unilatéral, qui n'attend pas - ou ne fait pas semblant d'attendre - d'hypothétiques démarches des autres puissances nucléaires. Les Français peuvent soit se bercer de vœux pieux en attendant un illusoire un « désarmement nucléaire général, progressif, simultané et contrôlé », soit agir en tant que citoyens pour le désarmement nucléaire de leur propre pays, là où ils ont le pouvoir d'agir.

Lisez ci-dessous cet Appel de 46 personnalités en faveur du désarmement nucléaire unilatéral de la France.

Une pétition citoyenne peut être signée en ce sens sur le site http://francesansarmesnucleaires.fr

Bonne année 2012 ! Les rendez-vous électoraux ne doivent pas faire oublier l'urgence et la priorité de l'engagement citoyen…

 

Novembre 2011

Le défi de la non-violence

Face à trois défis majeurs de l'humanité aujourd'hui, la non-violence apporte des réponses dont la mise en oeuvre s'avère de plus en plus urgente :

 

Les défis

 

Les réponses de la non-violence

 

 Le défi écologique

  • Épuisement des ressources naturelles
  • Dégradation de l'environnement
  • Réduction gravissime de la biodiversité
  • Impasse de l'agriculture chimique
  • Impasse du nucléaire civil (danger, dépense, déchets, dépendance aux pays producteurs d'uranium)
  • Un nouveau rapport de l'homme à la nature, à la science et à la technologie, au temps et à la vitesse. De nouveaux comportements individuels et collectifs. Education au respect de l'homme et de la nature
  • La mise en oeuvre d'alternatives (agriculture biologique, économies d'énergie, énergies renouvelables, transports en commun, etc.)
  • Des luttes populaires contre les atteintes à l'environnement

La misère et le mal-développement

  • Sous-alimentation d'un milliard d'habitants
  • Ruine des économies locales par un commerce mondialisé débridé
  • Accaparements des richesses naturelles par les investisseurs, brevetage du vivant, etc.
  • Une économie alternative, solidaire, écologique et non-violente qui réponde aux vrais besoins
  • Davantage d'autonomie et d'indépendance pour répondre aux besoins de base, éthique du bien commun et du long terme, réduction des inégalités, dénonciation de l'avidité, etc.
  • Combat non-violent des populations opprimées ou délaissées pour obtenir justice (par exemple, la marche des 100 000 exclus en Inde en octobre 2012)

La course aux armements nucléaires, chimiques, classiques, etc.

  • Prolifération verticale (armes de plus en plus coûteuses et destructrices)
  • Prolifération horizontale (de plus en plus d'Etats susceptibles de déclencher une guerre atomique ou de causer des accidents)
  • La renonciation à l'arme nucléaire décidée par les États sous la pression de leurs citoyens, y compris par la désobéissance civile
  • L'invention d'une alternative à la défense armée pour défendre la démocratie
  • Le développement de l'intervention civile de paix entre les belligérants dans les conflits régionaux

La non-violence, comme philosophie et sagesse de vie, et comme stratégie d'action, est la condition de la survie de l'humanité, mais aussi d'une vie collective plus heureuse, axée vers la recherche de sens.

Depuis 1984, l'IRNC mène des recherches sur l'apport de la non-violence dans la résolution des inévitables conflits humains et mène des actions d'information en vue de la diffusion d'une culture de non-violence.

Marche du mouvement Ekta Parishad dans les rues de Bhopal
Février 2010

 

Octobre 2011
Bienvenue sur le site de l'IRNC !

Nous vous invitons notamment à regarder les nouveaux diaporamas qui présentent de façon claire et agréable l'histoire et l'actualité de la non-violence.

La collection va s'enrichir peu à peu, consultez régulièrement le site !