Accueil

IRNC
Qui sommes-nous ?

Thèmes de recherche
et d’information

Textes et
autres supports

FRDiaporamas

ENSlideshows
in English

Vidéos

Revue
Alternatives Non-Violentes

Stages d'étudiants
à l'IRNC

Contacts

Liens

Bibliographie

Nous soutenir

Les chercheurs de l’IRNC

François Marchand

Étienne Godinot

Christian Robineau

Jacques Sémelin

Pierre Dufour

Bernard Georgeot

Philippe Lemarchand

Manuel Cervera-Marzal

Jean-Marie Muller

François Vaillant

Véronique Dudouet

Jean-Marie Muller

Jean-Marie Muller

Jean-Marie Muller est né le 21 octobre 1939 à Vesoul (Haute- Saône).

Il est marié et père de deux enfants.

Professeur de philosophie jusqu'en 1970, il quitte alors l'enseignement pour se consacrer à plein temps à des travaux de recherche sur la non-violence, ainsi qu'à sa mise en oeuvre au niveau de l'information, de la formation et de l'action. Depuis 1974, il assure cette tâche en liaison étroite avec le Mouvement pour une Alternative Non-violente (MAN) dont il est l'un des membres-fondateurs et l'un des animateurs.

En 1967, alors qu'il est officier de réserve, il demande à bénéficier du statut des objecteurs de conscience. Après le refus de la commission juridictionnelle de le lui accorder, il renvoie son livret militaire au Ministre de la Défense. Il manifeste ainsi sa volonté d'assumer désormais ses responsabilités civiques dans le cadre d'une défense civile non-violente. Le 8 janvier 1969, il comparaît devant le Tribunal correctionnel d'Orléans qui le condamne à trois mois de prison avec sursis, mille francs d'amende et cinq ans de privation de ses droits civiques.

En 1982, il participe au Comité consultatif créé par le Premier Ministre en vue d'établir une concertation sur le dossier relatif au vote d'une nouvelle loi sur l'objection de conscience. Parmi les réformes qui seront adoptées, il est désormais possible aux réservistes d'obtenir le statut légal des objecteurs de conscience.

En juin 1970, il entreprend, avec Jean Desbois, une grève de la faim de deux semaines pour protester contre la vente de seize "Mirage" au gouvernement des généraux brésiliens. Cette action a un grand retentissement dans l'opinion publique et reçoit de soutien de nombreux mouvements et personnalités.

En 1972, il fait un séjour prolongé aux États-Unis où il rencontre de nombreux responsables des mouvements non-violents américainsqui sont alors engagés dans la résistance à la guerre du Viet-Nam. Il rencontre également plusieurs dirigeants du mouvement noir, ainsi que césar Chavez, le leader de la lutte des travailleurs agricoles.

En 1973, il participe à l'action du "Bataillon de la Paix" menée dans le Pacifique pour protester contre les essais nucléaires français. Il se trouve, en compagnie de Jacques de Bollardière, de Jean Toulat et de Brice Lalonde, à bord du FRI, le bateau contestataire de l'organisation "Peace Media", lorsque celui-ci est arraisonné par la marine nationale à l'intérieur de la zone interdite. Lorsque la bombe explosera, il sera détenu dans la prison militaire de la base de Hao. Ce sera la dernière fois que le gouvernement français procédera à des essais nucléaires en atmosphère.

Du 25 au 31 octobre 1973, Jean-Marie Muller participe à Moscou au Congrès Mondial des Forces de Paix.

Du 22 au 28 février 1974, il prend part à Medellin (Colombie) à la "Conférence pour la stratégie non-violente de libération en Amérique Latine". Il anime ensuite un séminaire de formation sur l'action non-violente à Riobamba (Équateur), à l'invitation de Mgr Proano, l'évêque des Indiens.

En 1977, il séjourne deux mois en Inde sur les traces de Gandhi.

En 1983, le Ministre de la Défense demande à Jean-Marie Muller de conduire une étude sur la défense civile non-violente. Cette étude, réalisée en collaboration avec Christian Mellon et Jacques Sémelin, a été publiée en 1985 par la Fondation pour les Études de Défense Nationale sous le titre La dissuasion civile.

En 1984, Jean-Marie Muller participe à la création de l'Institut de Recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits (IRNC). Il en est actuellement le Directeur des études. Depuis 1985, l'IRNC participe à des réunions de travail avec des représentants du Secrétariat Général de la Défense Nationale (SGDN).

En 1987, Jean-Marie Muller fait un séjour de deux semaines en Pologne où il rencontre les principaux dirigeants du syndicat Solidarité et du mouvement Liberté et Paix. En 1985, son livre Stratégie de l'action non-violente avait été publié en polonais dans une édition clandestine.

En août 1988, Jean-Marie Muller, en tant que consultant étranger de l'Université de Paix de San Jose (Costa Rica), participe à une mission chargée par le gouvernement du Nicaragua de faire connaître aux dirigeants les théories et les pratiques de la défense civile non-violente.

En septembre 1990, Jean-Marie Muller, à l'invitation de l'Action sociale culturelle (ASC), fait un séjour de trois semaines au Liban où il participe à l'animation de la "Première session de formation d'éducateurs sociaux au Liban". Il retourne au Liban en 1991, en 1993 et en 1997. Plusieurs de ses livres sont traduits en arabe et en cours de publication au Liban.

Du 9 au 23 mars 1993, il séjourne au Tchad à l'invitation du mouvement Tchad non-violence. Il fait un nouveau séjour au Tchad en février 1994 où il anime deux séminaires de formation.

Du 27 au 29 octobre 1994, Jean-Marie Muller participe à Villa de Leyva, en Colombie, au Séminaire international sur la négociation dans les conflits armés.

Du 8 au 17 décembre 1994, il participe à Sao Leopoldo, au Brésil, à la Triennale de l'Internationale des Résistants à la Guerre (IRG).

Du 23 octobre au 1 er novembre 1998, Jean-Marie Muller participe à une mission de paix en Colombie. Avec une délégation française, il rencontre les "communautés de paix" de la région de l'Uraba.

Du 17 au 26 janvier 2001, Jean-Marie Muller séjourne à Montréal il donne des conférences sur la non-violence dans le cadre de la préparation de la résistance civile au Sommet des Amériques qui doit se tenir au Canada au mois d'avril suivant.

Du 21 février au 13 mars 2004, Jean-marie Muller séjourne au Cameroun. Il anime des sessions de formation à la non-violence à Maroua, Mokolo et Yaoundé.

Entre 1985 et 1992, Jean-Marie Muller a été chargé de cours de l'Institut d'Études Politiques de L'Université de Lyon où il a donné un enseignement sur la stratégie de l'action non-violente.

Écrits et publications de Jean-Marie Muller

  • L'Évangile de la non-violence, Fayard, 1969, 224 p. (traduit en allemand, italien et espagnol).
  • Le Défi de la non-violence, Le Cerf, 1976, 174 p. (traduit en espagnol).
  • L'Héritage, quelle défense pour quel socialisme ?, Éd. Combat Non-Violent, 1977, 58 p.
  • César Chavez, un combat non-violent, (en collaboration avec Jean Kalman), Fayard/Le Cerf, 1977, 328 p.
  • Signification de la non-violence, Éd. du MAN, 1980, 48 p. (traduit en italien, espagnol et arabe).
  • Stratégie de l'action non-violente, Le Seuil, Col. Points Politique, 1981, 256 p. (traduit en italien, espagnol, polonais, croate et arabe).
  • Vous avez dit : "Pacifisme" ?, De la menace nucléaire à la défense civile non-violente, Le Cerf, 1984, 308 p.
  • La Dissuasion Civile, (en collaboration avec Christian Mellon et Jacques Semelin), Fondation pour les Études de Défense Nationale, 1985, 204 p. (traduit en croate).
  • Jacques de Bollardière, Compagnon de toutes les libérations (en collaboration), Éd. Non-Violence Actualité, 1986, 154 p.
  • Le lexique de la non-violence, Ed. Alternatives Non-Violentes, 1988, 112 p. (traduit en portugais (Brésil) et en italien).
  • Et si nous décidions de ne plus faire de complexe militaro-industriel ?, Éd. du MAN, 1989, 40 p.
  • Gandhi, Artisan de la non-violence, (en collaboration), Éd. Non-Violence Actualité, 1991, 96 p.
  • La nouvelle donne de la paix, Éditions du Témoignage Chrétien, 1992, 96 p.
  • Désobéir à Vichy, La résistance civile de fonctionnaires de police, 1994, Presses Universitaires de Nancy, 146 p.
  • Gandhi, la sagesse de la non-violence, Desclée de Brouwer, 1994, 128 p. (traduit en espagnol).
  • Simone Weil, l'exigence de non-violence, Desclée de Brouwer, 1995, 218 p. Prix Anne de Jaeger (Traduit en italien).
  • Comprendre la non-violence, (en collaboration avec Jacques Semelin), Éd Non-Violence Actualité, 1995, 104 p.
  • Le principe de non-violence, Parcours philosophique, Desclée de Brouwer, 1995, 328 p. (traduit en portugais et en italien). Édité en 1999 en livre de poche chez Marabout sous le titre Le principe de non-violence, Une philosophie de la paix.
  • Guy Riobé, Jacques Gaillot, Portraits croisés, Desclée de Brouwer, 1996, 344 p.
  • Paroles de non-violence, Albin Michel, 1996, 40 p.
  • Principes et méthodes de l'intervention civile, Desclée de Brouwer, 1997, 178 p. (traduit en italien et en portugais).
  • Gandhi, L'épopée de la marche du sel, Albin Michel, 1997, 290 p.
  • Paroles de bonté, Albin Michel, 1999, 40 p.
  • Les moines de Tibhirine, "témoins" de la non-violence, Éditions Témoignage Chrétien, 1999, 110 p.
  • Vers une culture de non-violence, avec la collaboration d'Alain Refalo, Dangles, 2000, 330 p.
  • Le courage de la non-violence, Les Éditions du Relié, Gordes, 2001, 248. p. (Traduit en espagnol)
  • Charles de Foucauld, frère universel ou moine-soldat ?, Paris, La Découverte, 2002.
  • De la non-violence en éducation, Paris, 2002, UNESCO, Préface de Koïchiro Matsuura, Directeur général de l’UNESCO (Traduit en anglais et en espagnol).
  • Délégitimer la violence, Centre de Ressources sur la non-violence de Midi-Pyrénées, Colomiers, 2004.

À propos de Jean-Marie Muller