Jean-Marie Muller : Éloge de la rupture